Télécharger : Plus malin qu’un économiste ?: + de 100 énigmes économiques pour exercer vos méninges en pdf

Préface

John Maynard Keynes, l’économiste le plus célèbre et le plus influent du XXe siècle, écrivit durant l’entre-deux-guerres que « si les économistes pouvaient parvenir à ce qu’on les considère comme des gens humbles et compétents, sur le même pied que les dentistes, ce serait merveilleux ». Malheureusement, et malgré les nombreuses mutations qu’ont connues les sciences économiques durant le dernier siècle, les économistes ne sont toujours pas devenus des dentistes !

Je suis en effet prêt à parier avec vous que, si vous allez interroger au hasard des personnes dans la rue en leur posant la question « Que vous inspire le métier d’économiste ? », personne ne va vous répondre « humilité et compétence » (sauf si vous tombez sur un économiste bien sûr…). Il y a de fortes chances que l’on vous réponde des choses comme « absurde : les économistes et leurs modèles théoriques sont déconnectés de la réalité », « inutile : les économistes n’arrivent jamais à prévoir les crises » ou encore « arrogant : les économistes pensent être les meilleurs et ignorent les autres sciences sociales ».

L’économie est une discipline historiquement insulaire : les économistes appréciant spécialement l’entre-soi et sortant relativement peu de leur tour d’ivoire. De plus, et davantage encore depuis la crise de 2008-2009, la défiance envers les économistes est grande. Pour reconquérir la confiance de Monsieur Tout-le-Monde, l’économie doit donc s’ouvrir : s’ouvrir aux autres sciences, s’ouvrir à d’autres publics, s’ouvrir à d’autres méthodes.Dès les premières phrases de l’introduction, Steven E. Landsburg prévient le lecteur : il est « impossible d’isoler la science économique de toutes les autres disciplines, car les disciplines se recoupent ». On retrouve ici une vision inspirée de celle de deux des plus grands économistes (et rivaux) du XXe siècle : John Maynard Keynes, selon qui « un économiste confirmé doit posséder une rare combinaison de dons […] il doit être un tant soit peu mathématicien, historien, homme d’État, philosophe », et Friedrich Hayek, pour qui « un économiste qui est seulement un économiste est susceptible d’être un fléau, si ce n’est un réel danger ».

Vu de l’extérieur, les vertus d’une approche pluridisciplinaire peuvent sembler très normales, mais pour une profession réputée comme ayant un sentiment de supériorité et ne citant en général que très peu les autres sciences, c’est déjà une petite révolution !

Plus malin qu’un économiste ?: + de 100 énigmes économiques pour exercer vos méninges

Leave a Comment