TÉLÉCHARGER LE LIVRE LES DAMNÉS DE LA TERRE EN PDF

Télécharger le livre les damnés de la terre en pdf

Extrait:

Le livre Les Damnés de la terre paraît fin novembre 1961 aux Éditions François Maspero alors que son auteur, Frantz Fanon, atteint d’une leucémie, lutte contre la mort dans la cli nique de Bestheda, près de Washington, aux États-Unis. Imprimé dans des conditions difficiles de semi-clandestinité pour ne pas être saisi à la sortie du marbre, le livre est interdit dès sa diffusion sous le chef d’inculpation d’« atteinte à la sécu rité intérieure de l’État ». Cela s’était déjà produit pour le pré cédent livre de Fanon édité également par Maspero en 1959, L’An V de la révolution algérienne, et pour un certain nombre d’autres ouvrages relatifs à la guerre d’Algérie (comme Le Refus de Maurice Maschino, Le Déserteur de Maurienne ou, antérieurement, La Question de Henri Alleg). Ces interdictions étaient d’usage à l’époque.

Toutefois, le livre circule et la presse lui donne un large écho. Par à acheminement compliqué, via la Tunisie, Fanon en recevra le 3 décembre un exemplaire, ainsi que des coupures de presse, dont un long article de Jean Daniel paru dans L’Express du 30 novembre, plutôt élogieux. À la lecture qui lui en est faite, Fanon réplique : « Certes, mais ce n’est pas cela qui me rendra ma moelle. » Fanon meurt quelques jours plus tard, le 8 décem bre 1961. Il avait trente-six ans.

En effet, il est né en 1925 à Fort-de-France, en Martinique, dans une famille de la petite bourgeoisie aisée. Enfant d’une fra trie nombreuse, il évolue dans un monde de vieille colonie où il n’est pas encore d’usage de s’interroger sur l’esclavage. Pourtant, très jeune, Fanon s’engage dans les Forces gaullistes,

le bataillon V, regroupant les volontaires des Caraïbes. C’est au cours de cet engagement qu’il acquiert sa culture de résistance, mais il y fait également l’expérience du racisme banal, quoti dien. Démobilisé, avec la croix de guerre (qui lui avait été décer née par le futur général Salan, dont il avait coutume de dire que c’était la seule chose qu’il avait en commun avec lui), il revient en Martinique en 1945, passe son bac et fréquente Aimé Césaire (pour lequel il a une grande admiration mais dont il ne partage déjà pas les options politiques). Césaire, à l’époque, choisit de considérer la Martinique comme un département français.

Fanon se retrouve très rapidement en France pour poursuivre ses études de médecine, à Lyon. Parallèlement à ces études, il se passionne pour la philosophie, l’anthropologie, le théâtre, et s’engage tôt dans la spécialisation en psychiatrie. Dans le même temps, il n’adhère à aucun parti politique mais participe à toute la mouvance anticolonialiste et contribue à la rédaction d’un petit périodique, Tam Tam, destiné aux étudiants originaires des colo nies. Et, surtout, il écrit un premier article dans la revue Esprit en 1952, « Le syndrome nord-africain », dans lequel il s’interroge sur l’ouvrier nord-africain, exilé, souffrant d’être un « homme mort quotidiennement » qui, coupé de ses origines et coupé de ses fins, devient un objet, une chose jetée dans le grand fracas.

À l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban, où il restera quinze mois, Fanon fait une rencontre essentielle, celle de François Tosquelles, psychiatre d’origine espagnole et militant antifranquiste. Ce fut pour lui une formation déterminante, et sur le plan de la psychiatrie et sur celui de ses futurs engage ments. Il y trouve le point de rencontre où l’aliénation est inter rogée dans tous ses registres, au lieu de jonction du somatique et du psychique, de la structure et de l’histoire. En 1953, il passe le médicat des hôpitaux psychiatriques et est alors nommé à l’hôpital psychiatrique de Blida, en Algérie. Son premier livre, Peau noire, masques blancs, était déjà paru aux Éditions du

Seuil, grâce à Francis Jeanson, en 1952. En Algérie, il se trouve confronté non seulement à la psy chiatrie classique des asiles, mais également à la théorie des…

Leave a Comment