Télécharger : La philosophie du langage en pdf

Présentation de livre :

Introduction

La philosophie du langage ne correspond ni à un concept ni à un champ

disciplinaire bien constitué. On entend par là un ensemble de réflexions d’origines diverses

: remarques des philosophes concernant le

langage [1], analyses techniques construites à partir des formalismes logiques, évaluations du rôle du langage ordinaire, représentations construites à partir des savoirs positifs prenant le langage pour objet (« philosophie de la linguistique »). Malgré son hétérogénéité et, avouons-le, un évident manque de consistance théorique de l’ensemble, il s’agit probablement du secteur le plus important et le plus difficile de la philosophie.

La question du langage touche, en effet, ce qui fait la spécificité de l’humanité et la nature de la rationalité. Chaque champ de notre expérience fait l’objet de constructions théoriques (ce que nous appelons des « sciences »), lesquelles donnent lieu à de délicats problèmes philosophiques : l’infini pour les mathématiques, la structure ultime de la matière pour la physique, la nature de la vie pour la biologie, la liberté pour le droit et la morale. Pour le langage, ces problèmes sont de deux ordres. Le premier concerne la nature de la signification. Quel type d’entité est la signification d’un mot ou d’une phrase ? D’où vient que le langage signifie ? Le second concerne l’universalité. Lorsque je parle, comment se fait-il que l’on me comprenne et, de plus, qu’on puisse me traduire dans une autre langue ? Évidemment, la question touche à la nature de la pensée.

On pourrait dire que, dans le fond, de même que l’infini est la clé métaphysique des mathématiques, l’universalité est celle des sciences du langage. Il y a toutefois une différence considérable. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun philosophe d’aborder directement, par ses moyens conceptuels propres, la philosophie du nombre. On exigera toujours la médiation par la connaissance du corps de savoir positif en quoi consiste l’arithmétique. De la même façon, les « philosophies de la nature » de la période romantique ont été remplacées par la philosophie de la physique. Il n’en va pas de même pour le langage : la philosophie du langage ne se réduit certainement pas à la philosophie des sciences du langage. Beaucoup de philosophes n’ont même pas uneconnaissance très approfondie de la question. Il y a à cela plusieurs raisons.

La philosophie du langage

Leave a Comment